Aimé et Madeleine (3)

Publié le par Noellia Lawren

Aimé et Madeleine (3)

Aimé rencontre Madeleine, lors d'une permission en janvier 1918. Ils sont tous deux invités au baptème du petit Fernand, âgé de huit jours, fils d'agriculteur à Cormaranche-en Bugey. A l'arrivée du cortège, selon la tradition, les cloches sonnent à toutes volées, pour écarter le diable. La cérémonie terminée, les fidèles se dirigent vers la sortie. Aimé bouscule Madeleine. Au lieu de lui présenter ses excuses, il reste penaud, sans voix et rougit jusqu'aux oreilles. Loin de s'offenser, Madeleine s'empourpre elle aussi. Ils éclatent de rire et bloquent le passage. Pierre, le père de Madeleine s'emporte . Chacun peut enfin avancer. Sous un soleil pâle, la petite communauté s'aventure vers la salle des fêtes où le repas sera servi, distribuant au passage, avec parcimonie,  des dragées aux petits villageois.

Dans la semaine, il a beaucoup neigé et la veille, le givre a vitrifié les routes et les chemins. Des lambeaux d'écorces pendent des arbres torturés par le froid. En l'honneur de la fête, les buissons se parent de dentelle tissée de mille cristaux. Une bande de mésanges escortent les convives au son de leur douce mélodie. Magie de l'hiver, Madeleine s'émerveille. Le coeur en émoi, Aimé l'admire, en oublie de répondre à sa mère lui tenant le bras.

" Comme elle est belle, je suis amoureux!" pense-t-il.

Mémé Louise tangue un peu malgré le soutien de son petit-fils et de sa canne. Pierre surveille sa fille du coin de l'oeil. Deux enfants chaussés de sabots jouent les patineurs. Ils sont vite rappelés à l'ordre par les adultes et séparés.

" Si vous abîmez vos sabots, vous n'aurez pas à souper pendant une semaine, on est pas des bourgeois." claironne la mère de l'un d'entre eux.

A prèsent , ils se jettent des regards malicieux et espiègles, prometteurs pour le reste des festivités. Arrivés sur le lieu du repas, chacun prend place. Pierre , méfiant, installe sa fille à côté de lui. Aimé s'assied entre ses parents , Germaine et Léon. Sa mère est si heureuse d'avoir son fils à ses côtés. Elle ne cesse de le regarder. Mais Aimé est déçu. Il aperçoit à peine Madeleine. Pour lui c'est un ange. Mais il se sent indigne d'elle, sale, rongé par la crasse, la vermine. La fête bat son plein. Les deux petits garnements terminent les fonds de verre, rient aux éclats. Mémé Louise a abusé de la gnôle. La voici qui chante à tue-tête et amuse ses voisins de table. Pierre , ivre , s'endort sur la table. Plus de surveillance pour Madeleine. Berthe, jeune femme plantureuse, brune au teint de porcelaine, consciente de sa beauté, charme l'assistance masculine. Aimé désire inviter Madeleine à danser, il lui faut beaucoup de courage. Le vin aidant, le voici sur la piste, la belle entre ses bras. Madeleine rosit, baisse les yeux. Aimé resserre son étreinte, Madeleine aimerait poser sa tête au creux de son épaule. Un héros de la Somme. La danse se termine, Aimé invite Madeleine à sa table, lui offre un verre de vin. Germaine observe la scène, le coeur d'une mère sait lire entre les lignes .

" Quel beau couple!" pense-t-elle.

 

 

Publié dans Aimé et Madeleine

Commenter cet article

CLEON PIERRE 09/07/2016 17:10

Je découvre! Belle écriture belle histoire d'amour qui commence. j'ai hâte de connaitre la suite de ce roman!

Marianne L'Doc 22/06/2015 15:36

Ecriture très fine. J'ai beaucoup "aimé" ^^ l'histoire et le petit ton un peu désuet. Poétique, romantique.

noellia lawren 22/06/2015 22:32

merci beaucoup pour votre commentaire si sympathique et encourageant

L'Ange 21/06/2015 00:54

le "pas" s'est insinué contre ma volonté, vous avez compris ! :-)

noellia lawren 21/06/2015 00:58

pas de problème , merci pour votre commentaire , je continue d'écrire en mémoire de nos anciens , amitiés

L'Ange 21/06/2015 00:52

VIVEMENT LA SUITE !!!

L'Ange 21/06/2015 00:51

très bon chapitre, le rire se rajoute à l'émotion, j'adore... Vivement pas la suite !