Les nymphéas.

Publié le par Noellia Lawren

Les nymphéas.

Sous la voûte céleste dansent les étoiles.

La harpe du vent égrène quelques notes cristallines.

Au bord de la mare, l'iris d'eau exhale son parfum.

Dieux aquatiques, les nénuphars rivalisent de couleurs.

Essaim de rêves envoutants.

Sensuel, mon corps habillé d'Eve se fait liane , épouse ton ombre.

A fleur de mots, je chuchote ton nom.

A ce feu défendu, tu sculptes mon corps de caresses divines..

Suc immortel de l'amour.

Frissons partagés avant l'aurore nacrée.

L'aube fauve se lève, passion éphémère,.

L'air embaume tes adieux.

Le jour sonne tes regrets.

Ton dernier baiser brûle encore mes lèvres.

Exil de mon âme, rédemption de ma passion.

Le vent se meurt dans les peupliers.

La brume nimbe l'étang, linceul où flottent  mes voiles de mousseline.

Diaphane, agonisante parmi les nymphéas.

Mon ciel se lézarde, engloutit les étoiles

Chaque nuit constellée, danse sur l'étang , long fantôme blanc, mes voiles de mousseline au son de la harpe du vent.

         

                                                                                         Noellia Lawren

 

Tous droits réservés

 

Publié dans Poème

Commenter cet article

Elisa Galam 23/07/2017 14:23

Wouah !!! Superbe, comme tous tes poèmes ma chère Noellia.

T. Siram 29/05/2017 20:59

Une poésie haute en couleurs, j'ai savouré cet instant...